Euronext accroît son bénéfice net de 22,5% en 2017, porté par des volumes d’échanges accrus

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

Euronext accroît son bénéfice net de 22,5% en 2017, porté par des volumes d’échanges accrus

Le bénéfice net partdu groupe est ainsi ressorti à 241,3 millions d’euros sur l’année 2017, contre 197 millions d’euros en 2016, précise le gestionnaire des Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne.

Le chiffre d’affaires du groupe s’est quant à lui apprécié de 7,2% par rapport à 2016, à 532,3 millions d’euros, bénéficiant de volumes d’échanges accrus tant sur les marchés d’opérations au comptant que sur ceux de dérivés.

Dans ce contexte, l’excédent brut d’exploitation du groupe est ressorti en progression de 4,9% à 297,8 millions d’euros, contre 283,9 millions d’euros un an plus tôt, malgré des dépenses opérationnelles en hausse de 10,3% sur la période.

Ces dernières, qui ont pesé pour 234,5 millions d’euros en 2017, sont principalement dues à des projets informatiques (en particulier le développement de la nouvelle plateforme d’échanges "Optiq" ou encore la mise en oeuvre de la directive Mifid II), le déploiement des initiatives du plan stratégique "Agility for growth" et enfin à l’intégration de nouvelles acquisitions.

Par conséquent, la marge d’Ebitda d’Euronext s’est légèrement repliée (-1,2 point) pour s’établir à 55,9%, contre 57,2% en 2016.

"Le maintien d’une discipline de coûts sur le coeur de métier a partiellement compensé l’impact du changement de périmètre, de la mise en conformité avec Mifid II et des projets +Optiq+, et ralenti la croissance des dépenses opérationnelles", explique Euronext.

"Notre confiance est forte pour les deux prochaines années", s’est félicité Stéphane Boujnah, directeur général et président du directoire d’Euronext, cité dans le communiqué.

Le groupe table toujours sur une croissance de son activité de base en ligne avec les prévisions qui, associée à la poursuite d’une maîtrise des coûts, devrait lui permettre d’atteindre une marge d’Ebitda de 61% à 63% d’ici 2019, exclusion faite des activités de compensation.

"Nous allons continuer de déployer notre capital à travers des acquisitionspertinentes et conserverons un taux de distribution de dividende de 50%, témoignant de notre engagement continu à fournir de la création de valeur à nos actionnaires", a ajouté M. Boujnah.

jra/vac/pid