Entre vote britannique et croissance chinoise, la Bourse de Paris affiche sa prudence (-0,32%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

Entre vote britannique et croissance chinoise, la Bourse de Paris affiche sa prudence (-0,32%)

A 09H38 , l’indice CAC 40 refluait de 18,24 points à 5.654,83 points. Laveille, il avait fini en recul de 0,42%.

L’accord entre l’Union européenne et le Royaume-Uni "a encore de grandes chances d’être retoqué ce samedi" par les parlementaires britanniques et "la saga du Brexit est loin d’être terminée", a observé Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

De retour à Londres après avoir trouvé sur le fil un accord sur le Brexit avec les 27, le Premier ministre Boris Johnson va s’atteler vendredi à la difficile tâche de convaincre les membres du Parlement britannique de l’adopter, pour un vote prévu samedi.

"Avec toute l’excitation autour de l’accord entre l’Europe et le Royaume-Uni sur le Brexit il était facile d’oublier que Pékin et Washington essayaient aussi d’aplanir leurs différences, au moment où l’économie chinoise apparaît beaucoup plus fragile que celle des États-Unis", a souligné Michael Hewson, un analyste de CMC Markets. "Les chiffres chinois de ce matin servent tout au plus à rappeler l’importance d’avancer" vers une solution au conflit commerciale, selon lui.

Au plus bas depuis 27 ans, l’économie chinoise a fortement ralenti au troisième trimestre, tombant à 6% sur un an au dernier trimestre, a annoncé vendredi le Bureau national des statistiques (BNS).

En matière commerciale, les Etats-Unis ont également, comme prévu, commencé à appliquer vendredi des taxes douanières punitives sur 7,5 milliards de dollars de produits européens, des avions aux vins, en passant par des fromages et engins de chantier.

- Renault dévisse -

En matière de valeurs, la cote digérait un nombre important de publications avec plusieurs mauvaises surprises à la clé, à commencer par Renault qui dévissait de 13,94% à 47,21 euros, lestée par la révision à la baisse des objectifs financiers du constructeur automobile, dont le chiffre d’affaires au 3e trimestre a également baissé.

Dans son sillage le secteur automobile souffrait aussi. Peugeot perdait 1,33% à 23,74 euros, Michelin 2,20% à 102,20 euros et Valeo 1,07% à 31,30 euros.

Thales était également affecté (-4,50% à 90,88 euros) par l’abaissement de sa prévision de croissance du chiffre d’affaires 2019, en raison notamment de retards dans des prises de commandes attendues.

Danone s’enfonçait de 6,16% à 73,74 euros, pénalisé par l’abaissement de son objectif de croissance de chiffre d’affaires pour 2019, malgré un chiffre d’affaires en hausse de 3,7%.

Fnac Darty plongeait de 9,97% à 53,30 euros, souffrant d’un recul de sa marge brute, en dépit de la hausse du chiffre d’affaires annoncée par le groupe de produits électroniques, électroménagers et culturels.

Accor perdait 1,44% à 37,75 euros, après un abaissement de son objectif d’excédent brut d’exploitation pour 2019 en raison de ses difficultés en Asie, liées aux tensions commerciales en Chine et aux manifestations à Hong Kong.

Vivendi prenait en revanche 2,34% à 75,76 euros, profitant d’un chiffre d’affaires en progression de 16,7% à 3,97 milliards d’euros, porté notamment par la performance de sa filiale Universal Music Group (UMG).

Rémy Cointreau reculait de 2,36% à 119,80 euros, à cause d’un chiffre d’affaires en recul de 0,6% au premier semestre de son exercice décalé 2018/19, principalement en raisonde la récente réorganisation de son réseau de distribution en Europe.

Edenred bénéficiait (+4,22% à 44,90 euros) d’un chiffre d’affaires en hausse de 20,7% au troisième trimestre, et du fait d’avoir maintenu ses prévisions pour l’ensemble de l’année 2019.

Eurazeo étaitmécaniquement affecté (-8,11% à 62,90 euros) par la cession de 4,45% de son capital par la société d’investissement française Tikehau Capital (-0,44% à 22,40 euros).

abx/tq/mcj