En Europe, seul le plan de relance américain compte... Une dépendance toxique ?

Crédit : stock.adobe.com

Publié le

 Les Bourses européennes misent sur un plan de relance américain

L’indice parisien a avancé de 0,71% pendant que Francfort a pris 0,07% et Londres 0,65%. Comme très souvent ces dernières semaines, les regards ont été braqués sur les Etats-Unis, dont les dirigeants, dévorés par la perspective de l’élection présidentielle dans moins d’un mois, n’arrivent pas à s’entendre sur un plan de relance massif. "Une histoire sans fin", résumait à l’AFP vendredi Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

L’expert évoquait toutefois comme ferment à la hausse des indices vendredi de nouvelles rumeurs de presse sur la volonté de part et d’autre d’avancer vers une entente. A peine remis de sa maladie du Covid-19, le président Donald Trump a soufflé le chaud et le froid toute la semaine sur un potentiel accord. "Il y a eu quelques rebondissements mais les investisseurs y croient", résume David Madden, analyste pour CMC Markets UK.

Egalement aux Etats-Unis, "même si l’on a encore une incertitude sur l’élection présidentielle, le marché commence à être orienté par les sondages qui donnent vainqueur Joe Biden", ajoutait M. Dembik.

Les places européennes ont ainsi été aidées par la progression des indices à Wall Street, leDow Jones prenant 0,77%, le Nasdaq 1,23% et le S&P 500 0,96%à la mi-séance. En outre, les investisseurs ont pu apprécier que l’activité dans les services en Chine s’est inscrite en septembre à son plus haut niveau depuis trois mois.

 VEOLIA, SUEZ et ENGIE AU TRIBUNAL

Le tribunal judiciaire de Paris a ordonné vendredi en référé la "suspension de l’opération" d’acquisition par le géant de l’eau et des déchets Veolia (-0,92% à 18,75 euros) des actions de son concurrent Suez (-0,62% à 15,90 euros) détenues par l’énergéticien Engie (+0,08% à 12,14 euros) et de l’OPA à venir de Veolia sur Suez. Engie et Veoliaont annoncé qu’ils allaient faire appel.

 EURONEXT ACHETE BORSA ITALIANA AU LSE

L’opérateur boursier paneuropéen Euronext (-4,39% à 98,00 euros) va racheter la Bourse de Milan (+0,07% à 12,95 euros) pour 4,33 milliards d’euros, un prix au-dessus de la fourchette des estimations, renforçant son statut de poids lourd du continent. Le vendeur, le London Stock Exchange, a pris 0,41% à 8.880 pence.

 LOURDES PERTES POUR BASF

Le géant allemand de la chimie (-3,78% à 55,04 euros) a fait état vendredi de lourdes pertes au troisième trimestre (2,1 milliards d’euros), plombé par la crise liée au Covid-19, mais s’attend à une amélioration pour les trois derniers mois de l’année.