Eclipse solaire, jour des 4 sorcières, dette de la Grèce, tout y passe...

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

2MARCHES ACTIONS2

Les principales places à travers le monde ont évolué sans grande tendance hier. Wall Street a notamment souffert de la nouvelle baisse du pétrole qui avait pourtant bien rebondi mercredi, et n’a donc pas poursuivi sur sa progression entamée après le discours de la FED. Le Dow Jones et le Nasdaq abandonnent ainsi respectivement 0.65% et 0.49% à 17 959.03 points et 2 089.27 points. Le Nasdaq a sorti son épingle du jeu en s’adjugeant 0.19% à 4 992.38 points soutenu notamment par la progression de Facebook, le secteur pharmaceutique et les Biotechs.

En Europe, les places boursières n’auront finalement pas profité du discours de la FED. Rappelons que la FED n’a plus employé le terme « Patient » mais Janet Yellen a tout de même précisé que la disparition de ce mot ne signifiait pas pour autant que la FED allait se hâter de relever ses taux. Cette future hausse des taux est même jugée « improbable » pour le mois d’Avril selon la FED. Néanmoins, cette hausse pourrait se produire à partir de n’importe quelle réunion dorénavant. Janet Yellen attend désormais un signe supplémentaire de l’embellie de l’économie américaine que ce soit sur le marché de l’emploi US et une meilleure inflation. Cette inflation sera au cœur de l’actualité au cours des prochains mois en raison de la chute du pétrole et de la hausse du dollar qui devrait l’affaiblir. En effet, les prix à l’importation vont notamment baisser. De plus, la FED a abaissé ses prévisions de la croissance pour cette année 2015 suite à de nombreux indicateurs décevants outre atlantique ces dernières semaines.

Le CAC 40 a grappillé 0.07% à 5 037.18 points, tout comme le Footsie qui affiche une progression de 0.25% à 6 962.32 points. Le Dax a souffert en reculant de 0.20% à 11 899.40 points.

Ce matin, la Bourse de Tokyo s’est adjugé 0.43% à 19 560.22 points. Les principales places européennes sont attendues à la hausse à l’ouverture. Un accord aurait été trouvé entre Holcim et Lafarge après les tensions ces derniers jours, qui ont même remis en cause le projet de fusion.

2FOREX2

La Grèce joue avec les nerfs de la Zone Euro... Après avoir bien rebondi suite à la Fed, la monnaie unique repart à la baisse face au billet vert pour repasser ce matin sous la barre des 1,07 dollar pour se traiter à 1,0665 dollar. La fragilité de l’euro atteste des difficultés économiques que rencontre la zone euro. Lors du sommet de l’Union Européenne hier la Grèce s’est engagée à présenter dans les prochains jours une liste de réformes pour renégocier son refinancement face à ses partenaires européens. Ces déclarations permettent de garder espoir sur un sauvetage de la Grèce et ainsi éviter toute sortie du pays de la zone euro qui alimenterait le risque systémique.

Ce contexte européen plombe les taux d’emprunts pour les pays européens. C’est au tour de l’Irlande d’emprunter à des taux d’intérêt négatifs, après l’Allemagne et la France. Face à la devise britannique, la monnaie unique s’échange pour 0,7231 pence et atteint 128,93 yens conte la monnaie japonaise.

Le billet vert bénéficie toujours des derniers propos venus de la Réserve fédérale américaine qui confirment que l’institution devrait prochainement revoir à la hausse ses taux directeurs ce qui rendrait le dollar américain plus rémunérateur face à ses principales contreparties. Ce matin, le dollar s’échange pour 120,77 yens contre la devise nippone et se négocie à 1,4761 dollar face à la livre sterling.

2MATIERES PREMIERES2

Les prix sur le pétrole se dirigent vers une cinquième baisse hebdomadaire dans un contexte ou la surabondance mondiale s’aggrave. Le contrat avril sur le WTI se négocie à $43.65 le baril, en baisse de 31 centimes ce matin. Le contrat sur Mai maintenant plus actif est échangé quant à lui à $45.41. Le volume des contrats à terme négociés était d’environ 57% inférieur à la moyenne des 100 jours. Le Brent était en baisse de 11 centimes à $54.32 le baril à Londres. Il avait déjà perdu $1.48 hier à $54.43. La prime entre les deux contrats était de $8.92.

Le repli de jeudi révèle que l’attention se porte de nouveau sur les fondamentaux du marché, alors qu’un excédent de 1,5 million de barils par jour est prévu pour le premier semestre 2015. L’OPEP a toujours besoin de garder son objectif de production pour garder ses parts de marché. La prochaine réunion du groupe a lieu le 5 juin. En février les chiffres de production étaient établis à 30.6 millions de barils par jour. L’Iran pourrait augmenter ses exportations dans les mois qui viennent si l’aboutissement à un accord sur son programme nucléaire a lieu. Les puissances mondiales ont proposé de suspendre les restrictions sur les exportations de pétrole si la République islamique accepte des limites strictes sur son programme nucléaire pendant au moins une décennie.

Outre atlantique, les stocks de brut ont augmenté de 9.62 millions de barils à 458.5 millions la semaine dernière selon l’EIA. C’est un plus haut niveau historique alors qu’en même temps la production s’est accélérée à 9.42 millions de barils par jour, le rythme le plus rapide depuis au moins Janvier 1983.

Du coté des métaux précieux, l’or se dirige vers sa première ascension hebdomadaire depuis février grâce au discours de la politique de la réserve fédérale américaine qui s’est montrée moins patiente quant au relèvement de ses taux. L’once d’or s’échangeait à $1171 l’once ce matin, progressant de 1.1% cette semaine. Le métal était tombé à un plus bas de $1142.92 mardi alors extrêmement touché par la forte valorisation du dollar américain sur les autres devises.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.