Compensation dérivés : Euronext délaisse le LSE et choisit l’américain ICE

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

Compensation dérivés : Euronext délaisse le LSE et choisit l’américain ICE

Cette annonce intervient quelques jours après que la Bourse de Londres a renoncé àvendre la chambre de compensation LCH Clearnet SA à Euronext, en raison du blocage par la Commission européenne de sa fusion avec Deutsche Börse.

"Euronext était obligé d’assurer à ses clients les solutions de compensation les meilleures, les moins chères et les plus compétitivesau-delà du 31 décembre 2018, au moment où l’accord actuel avec Clearnet expirera", a souligné le groupe dans un communiqué.

Euronext avait un accord de longue date avec LCH Clearnet SA qui lui fournissait la compensation dans les produits dérivés.

Le nouvel accord avec ICE, qui doit être bouclé au cours du deuxième trimestre 2017, doit durer dix ans et verra Euronext investir 10 millions d’euros dans ICE Clear Netherlands.

Les opérations de compensation seront réalisées depuis Amsterdam. Une nouvelle solution concernant notamment le financement d’actifs et la gestion d’inventaire, sera aussi mise en place et opérée depuis Paris.

Malgré le veto européen, Euronext s’était déclaré, la semaine passée, toujours "disposé à acheter" LCH Clearnet SA, dont le prix tourne autour de 500 millions d’euros - même si après les annonces delundi les liens semblent désormais moins forts entre les deux sociétés.

Contrairement à ses concurrences Euronext ne possède pas de chambre de compensation et doit donc négocier des contrats avec d’autres acteurs.

Le London Stock Exchange a pris note dans un communiqué de cette annonce, en insistant sur le fait que la contribution d’Euronext dans les produits dérivés était "insignifiante" de son point de vue, représentant environ 1% de son bénéfice opérationnel courant et 8% de celui de LCH Clearnet SA.

Ce dernier, dont le siège est en Franceet qui est une filiale de LCH.Clearnet, propose des services de compensation (qui garantissent la réalisation des échanges sur les marchés) pour des produits en euros, en particulier pour des obligations et des dérivés sur les taux d’intérêt.

Du fait de l’échec de sa fusion avec Deutsche Börse, dont un des buts était de se renforcer dans la compensation, ainsi que de l’annonce d’Euronext, LSE a dévoilé de son côté des discussions afin de renforcer ses liens avec la plateforme boursière Turquoise qui lui appartient également.

Turquoise fait partie des nouveaux venus dans l’industrie boursière depuis une dizaine d’années grâce à la libéralisation du secteur européen. Ces acteurs alternatifs ont pris leur essor en cassant les prix, ce qui leur a permis de concurrencer les places historiques.

LSE envisage ainsi de permettre aux échanges de produits boursiers européens réalisés sur Turquoise d’être compensés par LCH Clearnet SA et non plus seulement par LCH, qui est la partie britannique de LCH.Clearnet, comme c’est le cas jusqu’à présent.

Cette manoeuvre devrait augmenter le chiffre d’affaires de LCH Clearnet SA et,aux dires de LSE, engendrer des économies pour les investisseurs européens passant par Turquoise.

mch-jbo/pn/gib

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.