CAC40 : nouveau record absolu en 2019 de versement de dividendes aux actionnaires

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La bourse, le placement le plus rémunérateur sur le long terme

La bourse est le placement le plus rémunérateur sur le long terme en raison du versement des dividendes. Les variations des cours des actions, à la hausse, tout comme à la baisse, ne sont pas un gage de plus-values à long terme. Tout dépend du timing de l’investissement et du désinvestissement. Il suffit de consulter l’historique des performances annuelles pour s’en assureur. L’année 2019 exceptionnelle avec +26.37% sur l’indice CAC40 fait suite à une baisse de -10.95% en 2018. Mais du côté des dividendes, la régularité est de mise, aucune chute brutale. Avec ce nouveau record en 2019, les actionnaires n’ont jamais été aussi bien rémunérés, qui plus est, avec une année boursière 2019 exceptionnelle en termes de hausse des cours.

D’un côté, un nouveau record en guise de mauvais présage pour certains

Ce nouveau record fait rappeler à certains que le précédent record de 2008 a précédé la crise financière. Ils y voient déjà déjà un signe avant coureur d’une nouvelle crise financière à venir. Les banques centrales sont à la manœuvre, et cette bulle financière sur les indices, liée à l’abondance de liquidités, pourrait exploser dès lors que ces premières seraient contraintes de changer de cap de politique monétaire.
De l’autre, une tendance qui devrait se poursuivre

Le site Vernimmen.net, dans sa lettre d’informations du mois de janvier 2020, a dévoilé ces nouveaux chiffres. Sa vision est toute autre que celles des investisseurs pessimistes. Ainsi, l’éditeur indique qu’ « il est probable que l’an prochain les chiffres que nous publierons seront encore meilleurs compte tenu de la progression des résultats 2019 que l’on entrevoit. Compte tenu de leur part encore relativement modeste, les rachats d’actions pourraient alors progresser encore plus vite que les dividendes. Ils ne représentent que 18 % du total des redistributions aux actionnaires de 2019. Une proportion inférieure à ce que l’on observait par exemple en 2007, 2008, 2016 et 2018. »