CAC40 : le calme avant la tempête ? (-0,06%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

 La Bourse de Paris hésite sur la marche à suivre (-0,06%)

A 09H16 , l’indice CAC 40 s’effritait de 3,49 points à 5.926,13 points. La veille, il avait déjà fini proche de l’équilibre (+0,08%). "De nombreuses statistiques économiques sont au programme de ce mercredi aux Etats-Unis, avant Thanksgiving demain (jour de fermeture de Wall Street, avant une demi-séance vendredi)", a relevé dans une note Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC. "Mais les investisseurs devraient encore les ignorer, sauf s’ils peuvent y puiser des bonnes nouvelles. Sinon, les liquidités de la Fed et l’espoir d’un accord imminent entre les Etats-Unis et la Chine continueront de servir de moteurs à la hausse des marchés", a-t-il complété.

Depuis près de deux ans, le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine pèse sur la conjoncture mondiale mais les marchés financiers persistent, depuis plusieurs semaines, à croire à un accord au moins partiel entre les deux plus grandes puissances économiques.

 Accord sino-américain, une arlésienne qui divertit les investisseurs

Négociateurs chinois et américains se sont parlé mardi matin et sont convenus de rester en contact afin de parvenir à "un accord préliminaire" dans la guerre commerciale qui oppose les deux pays, selon l’agence Chine nouvelle. "On ne sait toujours pas quel sera le calendrier concernant la conclusion d’un accord de phase un, cependant, à trois semaines du 15 décembre, il n’est pas difficile d’imaginer qu’il est hautement improbable que nous obtenions quoi que ce soit de concret avant" cette date, a souligné pour sa part Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

 Trump se joue des investisseurs avides

Donald Trump a soufflé mardi le chaud et le froid sur Hong Kong, affirmant son soutien aux manifestants pro-démocratie tout en assurant, alors que les négociations avec Pékin sont dans leur "dernière ligne droite", faire confiance à son homologue chinois pour résoudre la crise. Du côté des indicateurs, l’indice de confiance des ménages en France est reparti à la hausse en novembre après s’être stabilisé durant deux mois, a indiqué l’Insee mercredi. Mais l’agenda sera essentiellement américain avec les commandes de biens durables d’octobre, les dépenses et revenus des ménages de ce même mois ainsi que la deuxième estimation du PIB du troisième trimestre, qui s’accompagnera des chiffres de l’inflation (PCE) pour octobre.

Le Livre Beige de la Fed, rapport de conjoncturede la Banque centrale américaine, sera aussi publié après la clôture des Bourses européennes.

  • Sur le front des valeurs, Quadient (ex-Neopost) montait de 4,00% à 20,08 euros, porté par une croissance de son chiffre d’affaires 2019 plus importantequ’attendu, après un troisième trimestre dans la lignée des six premiers mois de l’année.
  • Natixis rebondissait (+1,09% à 3,90 euros) alors que l’annonce de la suspension d’un trader de sa filiale américaine avait fait chuter mardi le cours du groupe bancaire, qui a assuré qu’il s’agissait d’une procédure "interne" et "sans conséquence aucune pour les clients" ni ses activités.
  • Pierre et Vacances-Center Parcs progressait de 1,31% à 15,44 euros, profitant de la réduction de sa perte nette annuelle de 46 à 33 millions d’euros. Le groupe annoncera en outre début 2020 sa nouvelle stratégie afin d’accélérer son retour à une "rentabilité pérenne".
  • M6 et TF1 s’adjugeaient respectivement 0,56% à 16,12 euros et 0,21% à 7,30 euros. Les deux groupes ont annoncé mercredi avoir acquis auprès de l’UEFA les droits de retransmission en France de l’Euro-2020 de football, dont les matchs seront disputés du 12 juin au 12 juillet.
  • Vivendi grappillait 0,28% à 24,97 euros. Le géant français des médias a annoncé mardi annuler plus de 36 millions d’actions auto-détenues, qui correspondent à près de 3% du capital social du groupe, conformément à l’autorisation donnée par ses actionnaires lors de sa dernière assemblée générale.