Bourse : une alerte ? faut-il se mettre à l’abri ? Cela ne se déroule pas comme prévu, les comptes sont pas bons Kévin !

En quelques jours seulement, la météo a viré à l’orage sur les marchés financiers. Il aura donc fallu la révélation de deux indicateurs américain (emploi et inflation) pour que les investisseurs réalisent que la crise la plus importante depuis la seconde guerre mondiale n’allait pas être résolue en 6 semaines. Étonnant.

Publié le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

 Pas de panique ! Mais il faut s’inquiéter et potentiellement agir !

Les indices actions plient mais ne rompent pas. Du moins, pas pour le moment. Ceci dit, ce ne sera pas quand les indices auront perdu 10% qu’il faudra se poser la question de vendre ou pas. Rappelons-nous ce vieil adage désuet et vide de sens... Sell in May and go away.... Toutefois, si vous avez de fortes plus-values latentes, ce serait bien d’en réaliser une partie. Étant sur une bulle spéculative depuis quelques mois, si une correction s’engage, elle serait sans doute de courte durée, mais sévère.

 Marché de l’emploi américain : le plus grand fail de l’histoire des anticipations des analystes

Jamais les analystes n’ont jamais été autant à coté de la plaque ! Et pourtant, ils sont certaines fois loin de la réalité, mais là, c’était le pompon. Parmi les grands noms de Wall Street, les plus optimistes anticipaient jusqu’à 1.500.000 embauches pour le mois d’avril (Nonfarm payrolls). Là la vraie vie n’en comptabilisait au final qu’à peine 300.000 ! Pourquoi un tel écart ? Certains avancent que les aides financières versées aux américains modestes en serait la principale cause. Ce serait effectivement assez logique. Pourquoi aller travailler pour 400$ par semaine alors que vous percevez 300$ par semaine à rester chez vous ? Nous connaissons, selon certains, le même souci en France. Toujours est-il que ce premier contre-pied n’a pas été apprécié par les investisseurs, fans d’hyper-croissance. En effet, les employeurs, pour recruter, vont devoir revoir leurs salaires à la hausse (sans quoi leurs employés risquent de n’être que peu motivés), et les aides financières devront être coupées. Deux mauvaises nouvelles d’un coup.

 Inflation : les comptes sont pas bons Kévin !

Second fail : les anticipations de l’inflation, en rythme annuel, aux USA étaient de 3.6%. Manque de chance ! Décidemment. L’inflation en rythme annuel ressort à +4.2% ! Une forte hausse non anticipée. Alors que dans le reste du continent américain, notamment au Brésil, l’inflation est déjà sur des niveaux de +6%. ça chauffe plus que prévu ! Les comptes sont pas bons Kévin !

 Crytpos : ton univers impitoyable

En prime, le bitcoin s’est pris un couteau dans le dos de la part d’Elon Musk. Ce dernier a annoncé la suspension du bitcoin comme moyen de paiement pour Tesla. Ok, cette info est plus de l’ordre des médias à scandale que de la finance, mais tout de même. Certaines sociétés ont investi dans le bitcoin, et vont devoir statuer, stop ou encore ? Elles ne pourront pas afficher des pertes sur les marchés financiers classiques, une pomme, ainsi que sur des joujoux spéculatifs tels que les cryptos. Cela ferait mauvais effet dans le rapport annuel d’afficher des pertes sur tous les tableaux.

 Au final, pourquoi est-ce inquiétant pour les marchés financiers ?

Ces petites surprises indiquent tout simplement, une fois de plus, que tout ne va pas se passer comme prévu. Les investisseurs se projetaient d’ores et déjà dans des reprives en V ou d’autres lettres (rappelez-vous ces délires et de toutes ces foutaises sur les lettres de la reprise...), alors qu’au final, personne ne maîtrise la situation. Les banques centrales se sont mises, toutes seules, dans une situation ubuesque de taux négatifs, pour laquelle la porte de sortie semble bien délicate à trouver. Changer de politique monétaire, c’est forcément pousser les marchés financiers vers le bas, et pour le moment, la situation économique est encore trop fragile pour le faire. Et cela passera par une remontée des taux ! Et qui dit remontée des taux d’intérêt... Pour nous, petits Français, veut dire que notre marché de l’immobilier pourrait bien connaître quelques nuages, depuis le temps que cela nous est promis.... Et que les prix continuent leur hausse totalement irrationnelle.
En attendant, les indices actions européens, bien loin de toutes ces considérations, car nous en sommes toujours à consulter nos stats covid, ont accusé les nouvelles américaines, puis se sont redressés. Pour le moment. Le luxe ne fait pas tout, même si l’inflation est loin d’être une ennemie. Ce jour, nouvelle baisse marquée. ça sent le soufre... Retour sur les plus bas, si franchissement du support, cela va décrocher fort. Dans la négative, lundi, nous n’en parlerons même plus.

Avis

Une remarque, un témoignage, une question ?

À lire également

#Bitcoin Crypto écologie : Tesla n’accepte plus les Bitcoin comme moyen de paiement, car trop polluants

Sans réelle surprise, tant son patron Elon Muisk adore se jouer des médias et des effets d’annonces, Tesla met un terme à la possibilité de régler (...)

Nouveau record de particuliers investisseurs actifs en bourse au premier trimestre 2021

L’AMF, le gendarme de la bourse, confirme le regain d’intérêt des particuliers pour l’investissement en bourse. Les performances haussières des (...)

Résultats Crédit Agricole au premier trimestre 2021 : +171% de bénéfices, 1.75 milliards d’euros

Belle reprise ! Le Crédit Agricole effectue la meilleure progression des banques au premier trimestre 2021. Attention toutefois, cette excellente (...)

NFP (NonFarm Payroll) / Emploi USA : encore un très bon chiffre et c’est le début d’une baisse assurée des indices actions !

Quand les indicateurs économiques sont bons, c’est mauvais signe pour les marchés financiers. Logique ! Depuis que tout le système financier est (...)

Bourse, déconfinement oblige, les indices actions ont eux aussi fortement envie de partir vers le Sud

Baisses marquées des indices actions ce jour. Comme attendu, la spéculation win-win-win semble avoir un trop abusé des bonnes nouvelles. Un petit (...)

Medallion, le fonds le plus performant de l’histoire, fait à peine mieux que le CAC40 au premier trimestre 2021

Si certains doutaient de la surcote actuelle des indices actions, voici un nouvel élément à charge. Le réputé fonds Medaillon, dont le tracking record (...)