Bourse : les places financières en lévitation, le CAC 40 repasse au-dessus des 6.000 points

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris retrouve son perchoir (+0,88%) au-dessus des 6.000 points

L’indice CAC 40 a gagné 52,78 points à 6.038,18 points, dans un volume d’échanges étoffé de 4,4 milliards d’euros. La veille, il avait fini en hausse de 0,85%. La cote parisienne a ouvert dans le vert et ne s’est pas départie de son optimisme par la suite. "Il y a les résultats d’entreprises qui ont été vraiment de bonne facture", notamment Total et Sanofi, acommenté auprès de l’AFP Frédéric Rozier, gérant de portefeuille chez Mirabaud France. Mais "quand on voit l’évolution du marché avec le fait que la situation en Chine ne présente aucune forme d’amélioration, on se dit qu’il y a une forme d’aveuglement peut-être du marché ou debéatitude incroyable", a-t-il ajouté. Ce qui est le plus surprenant, "c’est de passer d’un scénario qui était peut-être trop noir à un scénario où pour le coup, tout est rose", selon lui.

Alors que les injections de liquidités annoncées par la Banque centrale chinoiseen début de semaine avaient déjà permis aux marchés actions de rebondir, le fait que Pékin prévoie de réduire ses taxes douanières sur certains produits américains a achevé de rassurer les marchés.

La Chine a annoncé jeudi qu’elle allait réduire de moitié ses droits de douanepunitifs sur des produits américains représentant 75 milliards de dollars (68 milliards d’euros) d’importations annuelles. Le secrétaire américain au Trésor a en outre estimé jeudi que la Chine allait respecter ses engagements d’achats de produits chinois en dépit du coronavirus. "La question est de savoir si la réaction (des autorités chinoises) ne montre pas aussi la gravité de la situation", a estimé M. Rozier. "Et nous avons le sentiment que les banques centrales aujourd’hui sont plus que jamais nécessaires pour tenir le marché", a-t-il complété. Car l’épidémie de pneumonie virale, qui a tué plus de 560 personnes, semble loin d’être enrayée. Plus de 28.000 personnes sont désormais atteintes du nouveau coronavirus à travers la Chine où un nombre croissant de villes imposent à des dizaines de millions d’habitants des mesures drastiques de confinement. Hors de Chine continentale, plus de 240 cas de contamination sont désormais confirmés dans une trentaine de pays et territoires.

Du côté des indicateurs, en Allemagne, les commandes industrielles de décembre ont baissé de 2,1%. La productivité aux Etats-Unis a quant à elle augmenté de 1,4% au quatrième trimestre 2019, moins qu’attendu par les analystes, mais elle marque sa plus forte hausse depuis 9 ans sur l’ensemble de l’année.

Sur le terrain des valeurs, les investisseurs ont dû digérer les nombreuses publications de résultats.
ArcelorMittal a fini en tête du CAC 40 (+11,04% à 15,91 euros), les investisseurs retenant surtout un Ebitda (excédent brut d’exploitation) supérieur aux attentes au 4e trimestre et des perspectives plus optimistes en 2020 malgréune perte nette de 2,5 milliards de dollars en 2019. Sanofi a gagné 4,14% à 93,65 euros, dynamisé par un 4e trimestre solide et des perspectives rassurantes même si le géant pharmaceutique a annoncé un bénéfice net en recul de presque 35% en 2019. Scor a chuté de 4,39% à36,79 euros, pénalisé par l’annonce d’une baisse de ses primes de réassurance dommage à l’issue du traditionnel renouvellement des contrats en janvier, un choix délibéré pour s’adapter à la hausse des sinistres. Total a grimpé de 1,02% à 45,90 euros, porté par une hausse de saproduction et la croissance de son dividende en 2019, en dépit d’un bénéfice net en baisse de 2%. Société Générale a progressé de 1,02% à 30,60 euros tandis que le groupe bancaire espère récolter en 2020 les fruits de lourds efforts de restructuration consentis en 2019, qui ontpermis de renforcer son capital mais ont aussi eu pour effet de dégrader ses bénéfices. Engie a avancé de 1,13% à 15,71 euros. Un conseil d’administration du géant de l’énergie se réunit jeudi pour décider du sort de son emblématique directrice générale Isabelle Kocher, dont ledépart est probable.