Bourse : le stade de la correction est dépassée, la spirale de la baisse est enclenchée, CAC40 (-3,14%)

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

Les places financières avaient grimper en 2019 pour de mauvaises raisons, elles chutent en 2020 pour de bonnes raisons.
La Bourse de Paris décroche de nouveau (-3,14%) dans un marché affolé par le coronavirus

A 09H45 , l’indice CAC 40 s’enfonçait de 172,32points à 5.323,28 points après être tombé à 5.302,59 points, un plus bas depuis le 26 août 2019. La veille, il avait déjà accusé de lourdes pertes de 3,32%.
Depuis vendredi dernier, l’indice a chuté de plus de -11%

"Ce vendredi est la dernière séance de la semaine et du mois. Nous avions déjà écrit vendredi dernier que le weekend serait à hauts risques : l’avertissement est similaire aujourd’hui. Les contaminations vont-elles encore accélérer dans les jours à venir hors de Chine ?", s’interroge dans une note Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC. "Pour éviter la propagation, il n’y a pas d’autre solution que de confiner, réduire les déplacements et donc mettre à l’arrêt l’activité économique", a-t-il ajouté. Ainsi "le coronavirus n’est peut-être pas très mortel en absolu, mais c’est une menace considérable pour l’économie mondiale", selon lui.
Chute des actions

Aussi "la chute des actions s’est-elle accélérée hier, les marchés européens ayant connu leur pire séance de la semaine" avec des pertes au-delà de 3%, et de plus de 4% pour Wall Street, "alors que de plus en plus de pays ont signalé de nouveaux cas de coronavirus", a relevé Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Si la Chine était jusqu’à peu l’unique foyer mondial de coronavirus, le risque s’est démultiplié avec l’émergence de nouveaux pays-sources comme la Corée du Sud, l’Iran et l’Italie. Un premier cas a enoutre été signalé aux Pays-Bas, au Nigeria et en Nouvelle-Zélande. "Nous sommes à un moment décisif", a assuré le patron de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, soulignant qu’au cours des deux derniers jours, le nombre quotidien de nouvelles personnes contaminées dans le monde avaitété supérieur à celui enregistré en Chine, où le virus est apparu en décembre.
Inflation à 1.40% en France

Du côté des indicateurs, la croissance française a été légèrement revue à la hausse à 1,3% pour 2019 mais la consommation des ménages a chuté de 1,1% en janvier, principalement du fait de la forte baisse des ventes d’automobiles neuves liée au renforcement du malus écologique au 1er janvier.

Dans l’Hexagone toujours, les prix à la consommation ont eux augmenté de 1,4% en février, légèrement moins qu’en janvier (1,5%). En Allemagne, les chiffres d’inflation pour février sont également au programme, comme le rapport annuel 2019 de la Banque fédérale.

Outre-Atlantique sont attendus les dépenses et revenus des ménages ainsi que l’inflation du mois de janvier, avant la confiance des consommateurs de l’Université du Michigan pour février.
Valeurs du CAC40 Côté valeurs, l’intégralité du CAC 40 et du SBF 120 voyaient rouge. Lagardère plongeait de 7,20% à 16,10 euros, plombé par une perte nette de 15 millions d’euros lors de son exercice 2019. Le secteur aérien accusait également le coup, à l’instar d’ADP (-5,94% à 134,70 euros) et d’Air France-KLM (-4,55% à 7,04 euros). Les matières premières faisaient également partie des grandes perdantes, à l’image de Vallourec (-6,35% à 1,67 euro), ArcelorMittal (-5,28% à 12,52 euros) ou encore CGG (-4,09% à 2,37 euros). A l’inverse, Saint-Gobain s’en tirait relativement mieux (-1,62% à 32,51 euros), le groupe ayant publié des résultats 2019 en hausse, avec une croissance des ventes et des bénéfices, soutenus par une amélioration de la rentabilité, dans un contexte économique moins porteur. Les valeurs défensives ou semi-défensives telles que celles liées aux biens de consommation ou au luxe résistaient également mieux : Danone cédait 1,47% à 64,44 euros, L’Oréal perdait 1,50% à 242,90 euros, LVMH se repliait de 1,89% à 362,85 euros, Pernod Ricardrefluait de 2,30% à 148,40 euros et Hermès de 2,40% à 625,60 euros. Bureau Veritas chutait de 4,10% à 21,96 euros après avoir revu jeudi en baisse une partie de ses objectifs 2020 en raison de "la situation de force majeure liée au Covid-19".