Bourse : le CAC 40 ouvre sous le signe de la prudence (-0,10%) en attendant le plan de relance européen

Crédit : stock.adobe.com

Publié le

La Bourse de Paris opte pour la prudence, les yeux braqués vers Bruxelles (-0,10%)

A 09H27 , l’indice CAC 40 refluait de 5,28 points à 5.080,00 points. La veille, il avait fini en repli de 0,46%.
"Rendez-vous à Bruxelles" aujourd’hui et "l’enjeu est de taille" puisque "l’objectif est de parvenir à un accord entre les États-membres sur le fonds de relance", a résumé Christopher Dembik responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.
"La pression est sur l’UE", a également souligné John Plassard, spécialiste de l’investissement chez Mirabaud.
Les dirigeants de l’Union européenne se réunissent vendredi en sommet à Bruxelles pour discuter de la relance de l’économie sur le Vieux Continent, frappé par la pandémie qui continue sa progression avec un nouveau record de contaminations aux États-Unis et désormais un million de personnes infectées en Inde et deux au Brésil.
Le plan de relance ne fait pas l’unanimité et les négociations entre les 27 s’annoncent longues et difficiles. Ce sommet extraordinaire de deux jours, voire trois, pourrait ne pas être le dernier.
"Qu’on se le dise, aujourd’hui un accord entre tous les membres de l’Union européenne est loin d’être conclu, car les dissensions sont encore trop fortes", a noté M. Plassard.

"Cependant, a-t-il poursuivi, il aura lieu tôtou tard, car l’impact du coronavirus sur l’économie sera bien plus important qu’escompté aujourd’hui par les gouvernements. Lorsqu’il sera signé, il faudra alors se précipiter sur la +vieille Europe+ qui renaîtra économiquement de ses cendres. Avec la rare bénédiction de l’Allemagne".
Au lendemain d’une réunion de la BCE qui n’a pas apporté de nouveauté, les espoirs des investisseurs sont donc concentrés sur les instances européennes.
Les "interrogations concernant les relations sino-américaines" et "le retour des cas de coronavirus dans plusieurs régions dumonde" restent aussi dans l’esprit des opérateurs de marchés, a ajouté M. Plassard.
Outre-Atlantique les investisseurs suivront avec intérêt les résultats du géant de la gestion d’actifs BlackRock.

Du côté des indicateurs, les chiffres définitifs de l’inflation en zoneeuro en juin sont attendus ainsi que les mises en chantier de logements aux États-Unis et la confiance des consommateurs (Université du Michigan).

Les valeurs technologiques et les équipementiers automobiles faisaient partie des hausses les plus marquées.

STMicroelectronics montait de 2,46% à 26,20 euros et Soitec de 0,69% 102,70 euros.
Valeo gagnait 1,61% à 24,58 euros, Faurecia 1,03% à 35,53 euros et Plastic Omnium 0,84% à 19,31 euros.
Marie Brizard Wine&Spirits (MBWS) décollait de 21,01% à 1,35 euro. Le groupe de spiritueux, toujours en grande difficulté, a annoncé des "avancées" dans sa recherche de financements, notamment via la cession de ses activités en Pologne et un accord avec son actionnaire majoritaire.
pierre et vacances reculait de 1,59%à 15,45 euros alors que le numéro un européen des résidences de loisirs, touché par la crise sanitaire, a enregistré une baisse de 70,5% de son activité au troisième trimestre de son exercice décalé 2019-2020.
Boiron s’enfonçait de 8,72% à 36,10 euros, pénalisé par des ventes en léger repli au premier semestre. Le fort recul qui se poursuit en France est compensé par une croissance à l’international, mais la crise sanitaire a pesé au deuxième trimestre.