Bourse : hausse timide de 0.81% sur la semaine pour le CAC40, fin de l’année 2022 à moins de 10% de baisse ?

Au final l’année 2022 ne se termine pas si mal pour le CAC40, compte-tenu des événements. Encore une petite semaine creuse à passer, toutefois certains investisseurs trouvent que les indices sont bien optimistes...

Publié le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

Plus d'1 million d'investisseurs font confiance à DEGIRO

 Petite semaine creuse...

Le CAC40 a terminé cette semaine en petite baisse, sans doute l’impact du trading algorithmique. Les investisseurs ne souhaitant pas prendre position avant ce long week-end. Lundi 26 décembre, les places financières et bancaires étant fermées. Ainsi, ce vendredi le CAC40 a terminé la semaine en petite baisse de 0,20%, après une séance calme où quelques données macroéconomiques ont été publiées tandis que les cas de Covid en Chine pesaient sur le luxe. L’indice CAC 40 a reculé de 13,07 points à 6.504,90 points. Jeudi, il avait terminé en baisse de 0,95%, mais sur la semaine la place parisienne prend néanmoins 0,81%.

(c) FranceTransactions.com

 Les valeurs du CAC40 à suivre

  • LVMH a perdu 1,49% à 673,80 euros, Hermès 1,47% à 1.443 euros et Kering 0,66% à 471,95 euros. Le luxe subit la pandémie de Covid en Asie.
  • Stellantis (+0,61% à 13,19 euros) est entrée en négociation exclusive afin de prendre une participation au capital de Symbio, co-entreprise de Faurecia (+3,08% à 13,91 euros) et Michelin (+2,19% à 26,61 euros) dans le domaine de l’hydrogène, a indiqué le constructeur automobile vendredi dans un communiqué.
  • Hydrogen Refueling Solutions (HRS) a progressé de 7,41% à 22,04 euros après avoir annoncé jeudi soir un partenariat commercial et technologique avec l’énergéticien Engie pour développer des projets en lien avec l’hydrogène. L’action Engie a cédé 0,24% à 13,58 euros.
  • La branche assurance du Crédit Agricole (+0,16% à 9,77 euros) et la banque italienne Banco BPM ont signé un protocole d’accord pour la mise en place d’un partenariat bancassurance de long terme, selon un communiqué de la banque française vendredi.

 Du côté des USA

La bourse de New York a terminé en hausse vendredi, après avoir digéré une série d’indicateurs mitigés, sans conviction néanmoins pour alimenter un dernier rebond avant la fin de l’année. Le Dow Jones a gagné 0,53%, l’indice NASDAQ a pris 0,21% et l’indice élargi S&P 500 a engrangé 0,59%. Les taux grimpent de nouveau : Le marché obligataire a pris acte de cet état de fait et le rendement des emprunts d’Etat américains à 10 ans s’est tendu, à 3,74% contre 3,67% la veille.

 Les valeurs à suivre

Alphabet (+1,76%), Amazon (+1,74%) ou le fabricant de semi-conducteurs Micron (+1,56%).
Tesla n’est toujours pas parvenu à arrêter sa chute (-1,76% à 123,15 dollars), entamée depuis plusieurs semaines, malgré des déclarations d’Elon Musk, le patron et actionnaire de référence du constructeur de véhicules électriques, qui s’est engagé jeudi, lors d’un forum organisé sur Twitter, à ne vendre aucun titre Tesla en 2023 "et probablement pas non plus l’année d’après". Un nombre croissant d’analystes préviennent que les difficultés ne font que commencer pour Tesla, qui fait face à un ralentissement de la demande, tandis qu’Elon Musk "s’est endormi au volant", très pris par le dossier Twitter, "alors que les investisseurs ont besoin d’un dirigeant capable de manoeuvrer dans la tempête", a averti Dan Ives, de Wedbush Securities.

Avis

Une remarque, un témoignage, une question ?

À lire également