Bourse : encore une hausse totalement irrationnelle avant une pause de 4 jours ?

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris attendue dans le vert avant la longue pause pascale

Le contrat à terme sur le CAC 40 progressait de 0,79% une quarantaine de minutes avant l’ouverture de la séance. La veille, il avait fini à l’équilibre à 4.442,75 points. Wall Street a pour sa part fini nettement dans le vert. Et ceci devrait se traduire par une ouverture "en légère hausse pour les marchés européens", même si les investisseurs de ce côté-ci de l’Atlantique "sont inquiets sur la capacité des ministres des Finances de l’Union européenne à s’accorder sur un fonds de soutien de 500 milliards d’euros", a relevé dans une note Michael Hewson, un analyste de CMC Markets UK. Une réunion marathon des Etats membres de l’UE pour trouver une réponse économique commune face au coronavirus s’est achevéemercredi sur un échec, La Haye notamment refusant de céder aux demandes des pays du sud, une attitude dénoncée par Paris.

Une nouvelle réunion doit avoir lieu ce jeudi par visioconférence à partir de 17H00 (15H00 GMT). "Rappelons qu’avant un long week-end de Pâques, la tendance des marchés pourrait (toutefois) s’inverser en cours de journée après la réunion de l’OPEP+ et la publication des demandes d’allocations chômage aux États-Unis", a prévenu pour sa part John Plassard, spécialiste de l’investissement chez Mirabaud. Les principaux pays producteurs de pétrole, ceux de l’Opep en tête, se retrouvent jeudi par écrans interposés pour tenter de s’accorder sur des baisses de production afin de soutenir les prix qui se sont effondrés avec la pandémie de Covid-19. "Alors que les marchés européens ont eu du mal à engranger des gains hier, les marchés américains n’ont pas eu ce problème", a noté pour sa part M. Hewson.

Le retrait officiel de Bernie Sanders du processus de nomination démocrate aux Etats-Unis, tout comme l’espoir de voir une inflexion dans le nombre de contaminations américaines après des déclarations dans ce sens d’Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des maladies infectieuses, ont aidé les Bourses outre-Atlantique, a-t-il complété.

"Les attentes croissantes quant à une nouvelle série de mesures de relance budgétaire ciblant spécifiquement les petites entreprises, les hôpitaux ainsi que les familles américaines" ont également constitué un facteur de soutien, selon lui. "Les dernières minutes de la Fed ont accentué le ton positif en montrant qu’il y avait peu d’appétit parmi les membres du comité de politique monétaire pour déplacerles taux de leur position actuelle, juste au-dessus de 0%", a encore souligné M. Hewson. Du côté des indicateurs, le Royaume-Uni a enregistré une croissance de 0,1% lors des trois mois achevés fin février, avant que la pandémie de coronavirus ne produise son plein effet. La production industrielle du pays pour février est aussi à l’agenda.

Outre les statistiques du commerce extérieur en Allemagne pour février, les nouveaux chiffres hebdomadaires des demandes d’allocations chômage aux Etats-Unis sont attendus. Cinq millions de personnes pourraient s’être inscrites au chômage la semaine dernière aux Etats-Unis, frôlant un troisième record après deux semaines de plus hauts historiques fin mars. Enfin, après la Fed, ce sera au tour de la BCE de publier le compte-rendu de sa réunion de politique monétaire de mars.
Air France-KLM : Le nombre de passagers transportés par le groupe s’est effondré de 56,6% en mars, par rapport à la même période il y a un an, en pleine expansion mondiale du coronavirus. L’Etat s’est toutefois dit prêt à renflouer le capital d’Air France ainsi que celui de Renault face à la crise du coronavirus. Airbus : le groupe réduit d’un tiers sa cadence de productions d’avions pour pouvoir répondre à la demande de ses clients tout en adaptant ses capacités à l’évolution du marché mondial de l’aéronautique face à la crise du coronavirus. Sodexo : le numéro deux mondial de la restauration collective anticipe une réduction de son chiffre d’affaires "de 2,4 à 2,8 milliards d’euros" au second semestre de son exercice 2019-2020 en raison de la pandémie de coronavirus.