Bourse : après le rebond (+25% depuis le 19 mars), tout va se jouer maintenant...

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

La Bourse de Paris continue d’anticiper un pic de l’épidémie (+2,12%)

L’indice CAC 40 a progressé de 92,13 points à 4.438,27 points. La veille, il avait décollé de 4,61%. Poursuivant sa remontée de la veille, la cote parisienne a démarré sur un élan d’optimisme avant de réduire ses gains puis d’accélérer en fin de parcours. Les investisseurs "jouent le pic par anticipation", confortés par l’idée que l’épidémie de coronavirus serait en passe d’atteindre un plateau en Europe, indique à l’AFP Marco Bruzzo, directeur général délégué de Mirabaud AM. Mais "cela ne signifie pas que l’on soit entré dans un déconfinement et une reprise de l’activité", prévient l’expert, pour qui le rebond boursier du jour est avant tout "technique". La séance a été marquée par "des achats mécaniques et systématiques de titres qui avaient beaucoup baissé" ces derniers jours, à savoir les valeurs cycliques, fait-il observer.

De meilleures nouvelles concernant un pic pouvant être atteint dans de nombreux pays européens et même à New York avaient déjà propulsé les actions à la hausse lundi. Cependant, le bilan quotidien est reparti àla hausse en Espagne mardi et la même tendance avait été observée en Italie la veille ainsi qu’en France. Le Royaume-Uni a enregistré 786 décès supplémentaires de personnes atteintes du coronavirus en 24 heures, un nouveau record, portant à plus de 6.000 le nombre de morts dans le pays.

En outre, la sortie du confinement reste une grande inconnue.

La Commission européenne va présenter mercredi des "orientations" pour assurer une sortie coordonnée de la période de confinement alors que deux Etats membres de l’Union européenne , l’Autriche et le Danemark, ont déjà présenté des plans de sortie. Le président de l’Eurogroupe, Mario Centeno, a appelé mardi les ministres européens des Finances "à prendre un engagement clair en faveur d’un plan de relance coordonné et de grande envergure" face au coronavirus. "Tant que le marché n’aura pas plus de visibilité sur les résultats d’entreprises et la fin du confinement", il est trop tôt pour crier victoire, estime M. Bruzzo.

La séance a été marquée par une rotation sectorielle, se traduisant par avec un fort rebond des titres cycliques et des valeurs défensives massivement vendues.
Ainsi le secteur aéronautique (Airbus +6,56% à 57,06 euros, Safran +6,89% à 72 euros), touristique (Accor +9,77% à 27,53 euros), des matières premières (ArcelorMittal +10,3% à 9,54 euros) et bancaire (Crédit Agricole +7,30% à 6,70 euros) ont repris des couleurs très printanières. La filière automobile s’est elle aussi montrée pétulante, à l’instar de Peugeot en hausse de 5,94% à 13,64 euros. En tête de l’indice, Unibail-Rodamco a bondi de 16,8% à 58,88 euros alors que le groupe a perdu plus de 60% depuis le 1er janvier, soit le plus fort recul du CAC 40. En revanche, Carrefour (-3,43% à 14,66 euros), Legrand (-1,37% à 59,16 euros) ou encore Sanofi (-0,98% à 84 euros) ont fait grise mine.