Avis de tempête boursière, le dossier grec fait tanguer le navire Europe

Crédit : stock.adobe.com

Publié le  à 0 h 0

Les principales places actions ont clôturé la dernière séance de la semaine dernière dans le rouge, inquiètes face à la situation en Grèce. Le CAC 40 a abandonné 2.53% vendredi à 5 007.89 points, le Dax 2.26% à 11 413.82 points et le Footsie 0.80% à 6 984.43 points. Du côté de Wall Street, le recul était plus mesuré, le Dow Jones cédant 0.64% à 18 010.68 points, le S&P500 0.63% à 2 107.39 points e le Nasdaq 0.55% à 5 070.03 points.

On retiendra également la publication de la deuxième estimation du PIB en contraction d 0.7% contre 2.2% au trimestre précédent. Le dollar fort et l’hiver rigoureux aux Etats-Unis ont fortement pénalisé l’économie américaine. De plus, l’indice du Michigan est ressorti à la baisse, attestant d’un manque de confiance des investisseurs. Les investisseurs attendent avec impatience un certain nombre de publications macroéconomiques cette semaine dont l’ISM manufacturier aujourd’hui aux Etats-Unis.

Le dossier grec est, sans surprise de plus en plus préoccupant alors qu’Athènes doit rembourser 300 millions d’euros à la fin de la semaine. Athènes avait d’ores et déjà précisé sa volonté de payer d’abord ses fonctionnaires ainsi que les retraites avant d’honorer ses dettes. Le pays se situe déjà dans une situation critique en terme de trésorerie et doit rembourser 1.6 milliards d’euros en quatre échéances au mois de Juin. Alors que les négociations n’ont toujours pas abouti et semblent patiner depuis plusieurs mois, Athènes se montre optimiste de trouver un accord avant la fin de la semaine. Le nouveau gouvernement grec semble prêt à faire quelques compromis.

Ce matin, la Bourse de Tokyo clôture proche de la neutralité mais réussie tout de même à s’adjuger une douzième séance consécutive de hausse après avoir grappillé 0.03% à 20 569.87 points. Les principales places européennes sont attendues en légère hausse ce matin à l’ouverture après le repli observé vendredi dernier. Néanmoins, elles pourraient rapidement se retrouver sous pression en raison, encore et toujours, de la Grèce.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.